Micro entreprise : un statut de moins en moins favorable ?

Le régime de micro entreprise choisi par de nombreuses coiffeuses pour être indépendantes est régulièrement remis en question. Dernière alerte en date, un projet de décret annoncé à effet immédiat pour le 1er Octobre 2019.  Même si celui-ci n’a finalement pas été voté, cette actualité met en avant une menace pesant sur les micro-entrepreneurs. Sur quoi porteraient les modifications, qu’est-ce que cela changerait concrètement pour les travailleurs indépendants ? Décryptage.

Micro entreprise : un choix pour de nombreuses coiffeuses à domicile

coiffeuse à domicile indépendante| Viadom professionnel

Conçu pour favoriser la création d’entreprise, le régime d’auto-entrepreneur devenu depuis micro entreprise, devait permettre de démarrer une activité en limitant les risques. L’inscription est rapide, les formalités administratives sont réduites et les démarches comptables sont simplifiées.  Mais et c’est surtout sur ce qui a séduit nombre de personnes souhaitant se lancer comme indépendant : les charges sont connues à l’avance et sont calculées en fonction du chiffre d’affaires réel. 
S’ajoute à cela la possibilité de bénéficier d’exonération ou de réduction de charges pour les 3 premières années d’exercice.
Ce statut attractif a incité de nombreuses coiffeuses à faire ce choix pour exercer leur métier à domicile.

coiffeuse domicile microentreprise moins favorable

Vers la fin des exonérations de charges pour les micro-entrepreneurs

L’information a fait grand bruit auprès des bénéficiaires de ce régime. Fin septembre 2019, et dans le cadre de la préparation du Projet de Loi de Finances, un projet de décret dit « ACRE » visant à limiter l’exonération de charges a été proposé aux représentants des travailleurs indépendants.
Il consisterait en une suppression de l’exonération dégressive pour les bénéficiaires de l’ACRE (Aide aux créateurs et repreneurs d’entreprises. L’actuelle exonération de 75%, la première année, 50% la deuxième année et 25% la troisième, chuterait à 50 %, 25 %, 10 % pendant une année de transition.  Puis, l’exonération se limiterait à 50% durant 1 an. A noter que depuis cette exonération jusque-là réservée aux jeunes et aux chômeurs, avait été étendue à tous et ce pour une durée de 3 ans.

statut microentreprise defavorable

Prévu au départ pour prendre effet le 1er octobre 2019, le vote du décret n’a finalement pas eu lieu. Une concertation interministérielle a été annoncée et plusieurs pistes sont envisagées pour réduire le coût de la micro-entreprise. Parmi elles, le plafonnement en fonction d’un revenu fiscal de référence ou encore le retour à la situation précédent le 1er janvier 2019.  Certains experts évoquent même la remise à plat complète du dispositif.   Le risque de voir le statut de micro entreprise amputé de son atout majeur reste présent et interroge sur la stabilité et la pérennité de ce statut.

L’alternative idéale ? Opter pour un statut de salarié, même en étant indépendant. C’est ce que Viadom propose : un statut de salarié en CDI avec tous les avantages sociaux, tout en conservant sa liberté (horaires, tarifs etc.). Le soutien d’un groupe reconnu en France, n°1 de la coiffure à domicile tout en conciliant vie privée et vie professionnel…on vous en dit plus ici : https://www.viadom-professionnel.com/pourquoi-devenir-salarie/. Vous pouvez également nous contacter au 03.89.33.28.26.

 

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *