La coiffure à domicile en micro entreprise

La liberté et l'autonomie de la coiffure à domicile vous séduisent ? Nous vous proposons de découvrir le fonctionnement de la micro entreprise (nouvelle appellation pour l'auto entreprise). Inscription, charges, diplômes requis, frais pour les produits professionnels, frais de déplacements ou encore de formations, Viadom vous dit tout sur ce statut qui peut en apparence, paraître avantageux. 

Les conditions

 

auto-entrepreneur-coiffure-a-domicile-viadom

Edit de novembre 2019 : pourquoi le statut de micro-entrepreneur est devenu moins favorable ? on vous en parle ici : microentreprise, statut moins favorable

Tout d'abord, pour devenir coiffeur à domicile en choisissant le statut de micro entrepreneur (nouveau nom pour l'auto entreprise depuis 2016), vous devez être titulaire du CAP coiffure (cf. L'article V. du paragraphe "L'auto entrepreneur et les activités réglementées" l).

NB : les étudiants en CAP coiffure n'ayant encore pas obtenu leur diplôme ne peuvent en effet démarrer leur activité.

Ensuite, l'inscription se déroule sur le site de l'autoentrepreneur. La micro entreprise est un régime fiscal et social simplifié, considérée comme une activité indépendante artisanale. A noter que si vous achetez et revendez des produits, elle devient également commerciale.

Pour bénéficier de ce régime, vous devez :

>> Être immatriculé auprès du Répertoire des métiers (RM) ou de la Chambre du commerce et des sociétés (RCS)

>> Ne pas dépasser le seuil de 33 100€ annuel pour les activités de services et 82 800€ annuel pour les activités d'achat/vente de marchandises.

>> Tenir un livre mentionnant les recettes

Cependant, en tant qu'auto entrepreneur (ou micro entrepreneur), vous n'avez pas à établir de comptes annuels. Vous n'êtes d'ailleurs pas assujetti à la TVA.

Les charges

Les charges sont effectivement à régler auprès du RSI, duquel la coiffeuse à domicile en micro entreprise dépend.

Charges sociales (prestations de services) Mensuelles ou trimestrielles, à hauteur de 22.4% de votre CA (nouveau barème 2017).
Impôts 2.2%de votre CA Taxe pour frais de chambre de commerce 0.044%de votre CA Taxe pour la formation professionnelle 0.20%de votre CA CFE A partir de la 2ème année, le montant annuel est comprisentre 210€ et 1000€, selon votre revenu annuel et la commune où vous résidez.

 

Avantages et inconvénients

 

Les avantages :

- Les démarches administratives sont moindres, en comparaison à celles qui incombent à une société.

- Les charges sont plus faibles que celles d'une société.

- L'inscription est rapide.

 

Les inconvénients :

- Pas de cotisation au chômage : l'activité en micro entreprise n'ouvre pas de droits au chômage.

- Une couverture sociale limitée.

- Pas de déduction possible des frais d’activité : un budget ponctionné directement sur votre budget familial est à prévoir. En effet, il faut penser au coût d'achat des produits professionnels qui garantissent alors un service de qualité à vos clients. En outre, il ne faut pas oublier les frais de déplacements (carburant, assurance, entretien véhicule) ou encore le coût des formations pour rester à la pointe des techniques et des tendances.

- Pas de protection financière (pas de séparation entre le patrimoine de votre micro entreprise et votre propre patrimoine). Cela signifie donc que les créanciers peuvent directement prélever votre patrimoine.

NB : Pour protéger vos biens immobiliers non affectés à l'activité professionnelle, vous avez la possibilité d'effectuer une déclaration d'insaisissabilité. Celle-ci doit être établie devant un notaire et doit contenir, entre autres, une description détaillée des biens et l'indication de leur caractère propre. Des frais sont cependant sont à prévoir :

> Frais d'établissement de l'acte par le notaire : 139.93€ (TTC).

> Frais liés à l'accomplissement par le notaire de formalités : 419.79€ (TTC) et 23.38€ (TTC) pour les demandes de publication.

> Frais liés à l'établissement d'un état descriptif de division (s'il y en a) : 466.44€ (TTC).

Pour en savoir plus : http://www.assistant-juridique.fr/declaration_insaisissabilite.jsp

Et si la solution était ailleurs : le statut de salarié

Sur une période restreinte et afin de tester une nouvelle activité, le statut de coiffeur à domicile en micro entreprise peut effectivement être intéressant. De plus, c'est une solution en complément d'un autre emploi. C'est aussi une alternative avant de se lancer à son compte et qui permet de ne pas prendre trop de risques.

Pour conclure, entre le plafonnement du chiffre d'affaire ou encore les frais non déductibles, ce statut possède des limites pour ceux qui souhaitent véritablement développer leur activité. La création d'une entreprise "classique" ou le statut de salarié (qui permet de bien gagner sa vie sans se tracasser) constituent d'autres pistes tout aussi valables. L'essentiel n'est-il pas de pouvoir choisir ce qui vous convient le mieux ?

Envie de découvrir le statut de coiffeur à domicile salarié ? N'hésitez pas à demander notre documentation directement sur notre site ou en appelant le 03.89.33.28.26.

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *